Balot NFT

Un nouveau modèle radical transforme le NFT en un outil de décolonisation

La frappe du NFT Balot a eu lieu en ligne, au White Cube Lusanga, et au KOW Berlin, le 11 février, 17h00 CET, 2022. Vous pouvez regarder une vidéo de la présentation ici.

CATPC mobilise la magie de la NFT pour récupérer les pouvoirs d’une sculpture perdue depuis longtemps et racheter leur terre

Pendant des décennies – voire des siècles – les populations des plantations du Congo et d’ailleurs ont été privées de leur culture et contraintes à un travail non rémunéré, soutenant la richesse et l’art dans le Nord global. Dans l’un des premiers exemples mondiaux de restitution numérique, la Ligue artistique des travailleurs des plantations congolaises (CATPC) revendique son héritage en utilisant les pouvoirs des NFT (Non-Fungible Token). Le NFT Balot, frappé le 11 février 2022, remettra la propriété numérique de la culture entre les mains du plus grand nombre et aidera à racheter des terres autrefois volées et épuisées, en réintroduisant des méthodes durables de gouvernance, d’utilisation des terres et de construction communautaire. Dans un nouveau modèle radical de restitution, la technologie NFT basée sur la blockchain devient un outil de décolonisation.

image: Cedart Tamasala dessinant Balot in the White Cube, extrait de Plantations and Museums. Human Activities, 2021.

La sculpture Balot a été sculptée en 1931, lors d’un soulèvement des Pende contre les viols et autres atrocités perpétrés par le système de plantation Unilever et les agents coloniaux belges. La sculpture représente l’esprit en colère de l’officier belge décapité Maximilien Balot, et a été sculptée pour contrôler l’esprit de Balot et le faire travailler pour le peuple Pende. Aujourd’hui, la sculpture est conservée au Virginia Museum of Fine Arts (VMFA) à Richmond. Les demandes de prêt de CATPC sont restées vaines jusqu’à présent.

Avec le NFT Balot, la Ligue d’art des travailleurs des plantations congolaises utilise la technologie blockchain pour réclamer ce qui leur appartient : pas seulement l’art, mais aussi la terre. La sculpture sera ensuite atomisée en un nombre limité de NFT originaux destinés à la vente. Les acheteurs obtiennent un rendu numérique de la sculpture, basé sur une reproduction photographique du site web du VMFA. Chaque achat permet de libérer les pouvoirs de la sculpture et de la mettre au service de la communauté : les ventes permettent de racheter directement des terres, de replanter la forêt et de réintroduire la biodiversité, ce qui a pour effet de compenser les émissions de carbone et d’assurer l’autonomie et la sécurité alimentaire des travailleurs des plantations dans l’une des régions les plus pauvres du monde.

À propos de la NFT

Le 11 février, CATPC a publiquement rappelé les pouvoirs de la sculpture de Balot en la frappant comme NFT. Plus tard cette année, une collection de 300 NFT individuels de Balot sera mise sur le marché. Les fonds seront utilisés pour racheter des terrains. Pendant ce temps, chaque Balot vivra sur la blockchain tandis que les redevances issues de la revente serviront à replanter des forêts, à réintroduire la biodiversité, à compenser les émissions de carbone et à assurer la sécurité alimentaire locale.

L’enjeu

Bien qu’il ait prêté la statue à des institutions telles que le Musée Rietberg de Zurich, en Suisse, pour une exposition intitulée Congo Fiction, le VMFA n’a pas encore répondu favorablement aux demandes de prêt faites par CATPC pour l’exposer dans le White Cube, le musée que CATPC a construit sur la plantation Unilever.

CATPC a l’intention d’utiliser la fenêtre d’opportunité offerte par la propriété numérique des NFT pour réclamer l’art perdu et restituer ses fonctions : en utilisant les NFT, les pouvoirs de ces objets peuvent être récupérés, même si l’art physique est détenu par des musées réticents. Toutefois, cette possibilité est limitée : les musées du nord du monde produisent déjà des copies numériques d’œuvres clés de leur collection et les vendent sous forme de NFT, créant ainsi une nouvelle existence rentable pour ces œuvres d’art séculaires, tout en conservant les originaux dans leurs collections. L’appauvrissement des plantations est endémique : il est désormais essentiel que les communautés locales utilisent cette technologie et contrôlent les pouvoirs de leur art perdu, plutôt que les institutions qui se sont construites sur l’exploitation de leur travail et de leur culture.

La frappe de monnaie fait partie de l’exposition “Balot” au KOW, où, outre le NFT, l’installation vidéo Plantations et Musées sera également présentée.

Plantations et musées

Six courtes vidéos “Plantations et Musées” ont été réalisées pour expliquer le contexte du TNF de Balot. Dans cette série de documentaires, Matthieu Kasiama et Cedart Tamasala, membres de l’ACCP, se rendent sur le champ de bataille de la rébellion de Pende et au musée qui détient la sculpture aux États-Unis. Ils interrogent des experts clés sur la sculpture Balot et le discours postcolonial, comme Ariella Aïsha Azoulay (Brown University) et Simon Gikandi (Princeton University).

Vous pouvez trouver la série de vidéos ici.

Pour le communiqué de presse complet, cliquez ici.

Pour plus d’informations sur le Balot NFT, veuillez vous abonner à la newsletter via balotnft@humanactivities.org.